Actualité

31/08/2022

VIENT DE PARAÎTRE : N° 232

 LA FORMATION AUX MARGES DE L'EMPLOI


» Toutes les actualités

Nos partenaires


CNAM - Chaire de formation des adultes
CAIRN
Centre Infos GEHFA CIRFIP
ANACT AFPA CEREQ
ERASMUS EPALE
UOC
       

Parution n°92 - 1988-1 - Éducation permanente et formation des adultes

Il existe 7 articles pour cette sélection.
Titre
Auteur
Liste de mots dans le texte séparés par des espaces
Etendre les recherches à toutes les revues
Titre de l'article Auteur Commander le téléchargement pdf
Education permanente et formation des adultes : évolution des pratiques, évolution des concepts. B. Schwartz Editer
Socialisation et formation d'adultes. M. Lesne, Y. Minvielle Editer
Structures de la formation post-scolaire : une comparaison entre la France et le Québec. P. Doray, C. Dubar Editer
Les rapports entre savoir et pratique dans le développement des capacités d'apprentissage chez les adultes. G. Malglaive Editer
Pédagogie et muséologie. E. Caillet Editer
De l'apprentissage instrumental à la pédagogie critique : quelques grandes orientations de la formation des adultes aux Etats-Unis. P. Dominicé Editer
80 % niveau bac : derrière le symbole, quelles politiques ? B. Charlot Editer
L’objectif de conduire 80 % des jeunes au niveau baccalauréat est communément attribué à J.P. Chevènement. En fait, ce pourcentage apparaît pour la première fois, sous une forme quelque peu différente, dans le rapport Prost sur les lycées, et il est entériné par A. Savary avant d’être repris par R. Monory. Au-delà d’un consensus qui traduit la nécessaire élévation du niveau de formation de la population face aux évolutions techniques et économiques, cet objectif recouvre des politiques fort différentes : démocratisation du système scolaire chez A. Savary, élitisme républicain chez J.P. Chevènement, diversification libérale des voies de formation et orientation massive des jeunes vers des filières professionnelles dans le plan Monory et dans plusieurs rapports récents. Le problème est donc d’abord celui des finalités scolaires et sociales. Il st aussi celui des moyens financiers et humains. Il est enfin celui du rapport au savoir dans une société confrontée à un défi social et culturel autant que technologique et économique.