Actualité

26/09/2019

FORMER DEMAIN : utopies, enjeux, tendances...

Les 26 et 27 septembre 2019, EDUCATION PERMANENTE fête son 50e anniversaire et rend hommage à son fondateur. Avec deux invités : Philippe MEIRIEU et Pierre VELTZ


» Toutes les actualités

Nos partenaires


CNAM - Chaire de formation des adultes
Centre Infos GEHFA CIRFIP
ANACT AFPA CEREQ
ERASMUS EPALE
UOC
       

Parution n°HS14 - 2019-3 - Pour une éducation permanente (hors-série Hommage à Bertrand Schwartz)

Il existe 18 articles pour cette sélection.
Titre
Auteur
Liste de mots dans le texte séparés par des espaces
Etendre les recherches à toutes les revues
Titre de l'article Auteur Commander la version papier Commander le téléchargement pdf
De la confiance et de la méthode (éditorial) Michel Parlier Editer
Bertrand Schwartz, ou l’espoir d’une éducation permanente EP Editer
L’audace et la confiance Guy Jobert Editer
Quarante ans d’avance sur l’accompagnement des transformations Anne de Blignières-Légeraud Editer
La chance d’un débutant Alain Meignant Editer
Quelques moments avec Bertrand Schwartz Philippe Fritsch Editer
Nous avons eu tant de choses en commun ! Raymond Vatier Editer
Ma rencontre avec Bertrand Schwartz à travers trois entretiens Françoise F. Laot Editer
Bertrand Schwartz, ou comment le fait scientifique change les opinions Christian de Montlibert Editer
Devenir chercheur de sa pratique Claude Debon Editer
Le feu inventeur de Bertrand Schwartz Jean-Marie Péchenart Editer
Professeur de lettres classiques, Jean-Marie Péchenart exerce des activités syndicales et religieuses. Reçu à l’ENA, il renonce à y entrer. En 1964, sans l’avoir vraiment choisi, il devient rapporteur d’une commission de la Délégation générale à la promotion sociale, spécialement orientée vers les moyens d’enseignement destinés aux adultes. Il y rencontre Bertrand Schwartz, membre de la commission, ainsi que d’autres membres du CUCES invités à titre d’experts sur des questions relatives à l’éducation des adultes. Il entre au CUCES en 1966 et y mène des investigations qui le conduisent à concevoir une « formation générale » au sein de la promotion sociale, qui préfigure le dispositif d’unités capitalisables. Parallèlement, il intègre l’INFA. Parce qu’il connaît plusieurs langues, il devient le « correspondant » du CUCES en Allemagne, en Autriche et en Yougoslavie. A partir de 1970, il est détaché au ministère de l’Education nationale et travaille notamment sur le dossier des AUREFA. En 1973, il rejoint la Caisse des dépôts et consignations où il développe la formation et le développement social. En 1986, il reprend le groupe Quaternaire jusqu’à sa retraite, en mars 1997.
Bertrand Schwartz, pionnier de l’autoformation éducative Gaston Pineau, Daniel Poisson Editer
Bertrand Schwartz, inspirateur de la première heure Gaston Mazoyer Editer
Bertrand Schwartz, l’innovation par hybridation des genres Yves Palazzeschi Editer
Pour une éducation permanente Bertrand Schwartz Editer
Education permanente et formation des adultes : évolution des pratiques, évolution des concepts Bertrand Schwartz Editer
Une nouvelle chance pour l’éducation permanente Bertrand Schwartz Editer
Le changement est affaire de volonté politique Bertrand Schwartz Editer