Actualité

06/06/2019

LES COMPETENCES TRANSVERSALES EN QUESTIONS

Journée autour du n° 218 d’Education permanente et du hors-série Education permanente/AFPA 2019, regroupant trente-cinq contributions relatives à la place des compétences transversales dans l’enseignement supérieur et la formation des adultes.


» Toutes les actualités

Nos partenaires


CNAM - Chaire de formation des adultes
Centre Infos GEHFA CIRFIP
ANACT AFPA CEREQ
ERASMUS EPALE
UOC
       

Parution n°215 - 2018-2 - Autoformation et société de l'accélération

Il existe 20 articles pour cette sélection.
Titre
Auteur
Liste de mots dans le texte séparés par des espaces
Etendre les recherches à toutes les revues
Titre de l'article Auteur Commander la version papier Commander le téléchargement pdf
L’autoformation au risque de l’accélération. La mise en péril du sujet apprenant ? Jean-Yves Robin Editer
Comment apprendre aujourd’hui ? Témoignages réflexifs d’apprenants Victor Le Chuiton, Théophile Gross, Aude Merlet Editer
De l’autodidaxie aux big data : continuités et ruptures Philippe Carré Editer
Les capacités à (se) développer dans un monde digital Sandra Enlart Editer
Société numérique de l'accélération et autoformation. De nouvelles modalités d’autorégulation des apprentissages ? Marc Nagels Editer
De l’accélération à la résonance Hartmut Rosa Editer
Décélérer pour apprendre ? C’est la question posée au sociologue allemand Hartmut Rosa qui a particulièrement bien saisi certaines caractéristiques fondamentales de la période contemporaine à travers la notion d’accélération : il s’agit moins de décélérer que d’entrer dans un nouveau rapport au monde, marqué par une relation de résonance avec lui, permettant au monde d’entendre et de parler. On perçoit l’ancrage théorique d’Hartmut Rosa dans la théorie critique de l’Ecole de Franckfort comme dans celui des sciences de l’esprit allemandes. Les ressources de l’univers notionnel allemand et du concept de "Resonanz" sont des outils précieux pour penser l’avenir dans la période contemporaine.
L’accélération : opportunité ou inopportunité ? Pour quels apprentissages ? Nathanaël Wallenhorst Editer
Les décélérations forcées comme source d’autoformation Thierry Chartrin Editer
Le retour sur l’expérience comme autoformation : un contrepoint à l’accélération ? Jean-Pierre Boutinet Editer
Jusqu’où accélérer les dispositifs de reconnaissance et de validation des acquis de l’expérience ? Gilles Pinte Editer
Préserver l’attention dans les apprentissages Laure Léger Editer
Communautés de pratiques en ligne : e-learning informel et autoformation non intentionnelle Olivier Las Vergnas Editer
Le temps des autres pour se former soi-même. Les dispositifs d’autoformation et de coformation au prisme de la temporalité Jérôme Eneau, Caroline Le Boucher, Elzbieta Sanojca Editer
Rituel et identité dans une société d’accélération du temps Christoph Wulf Editer
L’autoformation tout au long de la vie : même après la retraite ! Dominique Kern Editer
Réciprocité et permanence. Détours pour une autoformation solidaire Claire Héber-Suffrin Editer
L’autoformation comme attention à l’existence et l’œuvre de Bernard Honoré Thierry Chartrin, Pascal Galvani, Bernard Honoré, Gaston Pineau, Nathanaël Wallenhorst Editer
Que transmettre dans la société de l’accélération ? Gilles Vernet Editer
Les dérives commerciales des organismes privés de formation à l’informatique et leur contrôle (1971-1990). [Histoire et mémoire] Michaël Vicente Editer
Pour une pratique de la médiation cognitive dans le travail social ("Regard") Christine Brisset, Pascal Goguet-Chapuis Editer