Actualité

14/09/2017

Analyses du travail et intentions formatives

Le difficile équilibre entre le rôle des organismes de formation professionnelle et les apports formatifs des entreprises tient dans l’appréciation des éléments qui conditionnent le caractère formateur du travail. L’acquisition des savoirs professionnels et le développement des compétences ne peuvent se jouer totalement ni dans des structures externes au monde du travail ni dans les entreprises......


» Toutes les actualités

Nos partenaires


CNAM - Chaire de formation des adultes
UOC
Centre Infos GEHFA CIRFIP
ANACT AFPA CEREQ
Institut Jacotot
       

Parution n°192 - 2012-3 - Les 20 ans du bilan de compétences

Il existe 17 articles pour cette sélection.
Titre
Auteur
Liste de mots dans le texte séparés par des espaces
Etendre les recherches à toutes les revues
Titre de l'article Auteur Commander la version papier Commander le téléchargement pdf
Les premiers pas des bilans de compétences Bernard Liétard Editer
Partir du salarié » et viser son autonomie Jean-Pierre Soisson (entretien) Editer
Le bilan de compétences : entre pratiques sociales et pratiques professionnelles, un dispositif frontière Thierry Ardouin Editer
Le bénéficiaire du bilan et son autonomie programmée Bernard Gangloff Editer
L’efficacité du bilan de compétences : pistes pour l’évolution des prestations Jean-Luc Bernaud Editer
Reconnaissance de l’expérience personnelle et professionnelle : brève histoire d’une longue marche Jean-Pierre Bellier Editer
L’évaluation qualitative des bilans de compétences Joëlle Lascols Editer
Le bilan de compétences : son public et ses attentes, ses contributions et ses effets Christelle Chaudron, Sylvain Lacaille Editer
Cette contribution s’appuie sur une étude qualitative et quantitative par questionnaire réalisée par le fongecif Auvergne sur 2010 et 2011. Elle développe une analyse des résultats en les mettent en tension avec deux axes de questionnement que sont la place et le rôle du salarié dans la démarche, et les spécificités du cadre réglementaire du dispositif. Les constats et les analyses semblent indiquer une place relative accordée au salarié, ou ressentie comme telle par ces derniers, et une prise en compte tout aussi relative des spécificités réglementaires du dispositif par les professionnels qui le pratiquent. A l’inverse, alors que les textes consacrent le travailleur comme acteur central du bilan, ce dispositif apparaît plus personnifié par le conseiller que par celui qui en bénéficie. La réponse à la question posée de l’acteur principal du bilan est ici fournie par les travailleurs eux-mêmes. Et leur réponse n’est peut-être pas celle qui était prévue par les textes.
Du bilan de compétences au projet professionnel : linéarités et détours Hédia Zannad, Sarah Alves Editer
Les groupes d’échanges de pratiques en centre de bilan de compétences Marie Anthor Editer
Quelle posture pour le professionnel du bilan de compétences ? André Chauvet Editer
Les ingrédients actuels du bilan sont-ils solubles dans le cadre réglementaire des années 1990 ? Sylvain Lacaille Editer
Le temps du bilan Daniel Galmier, Victor Troyano Editer
La légitimité du bilan de compétences dans les pratiques RH Hélène Legay Editer
L’évaluation des compétences relationnelles et sociales : obstacles idéologiques et reconceptualisations nécessaires Odile Camus Editer
La naissance de la formation professionnelle en Suisse : entre compétences techniques et éducation morale Lorenzo Bonoli Editer
Epreuves identitaires en situation de transition psychosociale : le cas de Maxime Muriel Deltand Editer