Actualité

14/09/2017

Analyses du travail et intentions formatives

Le difficile équilibre entre le rôle des organismes de formation professionnelle et les apports formatifs des entreprises tient dans l’appréciation des éléments qui conditionnent le caractère formateur du travail. L’acquisition des savoirs professionnels et le développement des compétences ne peuvent se jouer totalement ni dans des structures externes au monde du travail ni dans les entreprises......


» Toutes les actualités

Nos partenaires


CNAM - Chaire de formation des adultes
UOC
Centre Infos GEHFA CIRFIP
ANACT AFPA CEREQ
Institut Jacotot
       

Parution n°159 - 2004-2 - Les acquis de l'expérience (2).

Il existe 10 articles pour cette sélection.
Titre
Auteur
Liste de mots dans le texte séparés par des espaces
Etendre les recherches à toutes les revues
Titre de l'article Auteur Commander la version papier Commander le téléchargement pdf
Caractériser l'accompagnement en VAE. Une contribution de didactique professionnelle Patrick Mayen Editer
D’une expérience à l’autre Alex Lainé Editer
Saisir son expérience lors d’une VAE L’auto-analyse du travail en perspective Paul Olry Editer
Acquis bénévoles, acquis salariés : même valeur et même dignité Christine Julien, Bernard Liétard Editer
Valider les acquis de l’expérience à l’université : une occasion de prendre en considération les savoirs informels Michel Vial, Nicole Mencacci Editer
VAE : par quel détour passe l’évaluation ? Bernardine Rivoire Editer
Les tâches de l’expert dans la reconnaissance et la validation des acquis Patrick Rywalski Editer
L’éthique de l’accompagnement en validation des acquis de l’expérience : de l’individuel au collectif Agnès Veilhan Editer
Le tutorat à l’épreuve des spécificités sociales et techniques de l’entreprise Laurent Veillard Editer
Etudier les usages pédagogiques des TICE : une pratique de recherche ou/et de légitimation ? Claire Bélisle, Christine Berthaud, Joëlle Le Marec, Dominique Liautard, Didier Paquelin, Eliana Rosado Editer
L’intégration des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation (TICE) est en cours de développement. L’usage de ces technologies est fortement soutenu par les ministères et les institutions concernées. Face à une telle situation, enseignants, décideurs et publics sollicitent des éclairages et des résultats d’études démontrant le bien-fondé de ces investissements. En partant de l’analyse d’études d’usages, cet article montre que les pratiques d’intégration des tice sont d’abord innovantes techniquement, une justification suffisante semble-t-il, sans que le changement ait besoin d’être référé aux objectifs fondamentaux de l’éducation. Les études d’usages, dans leur majorité, restent en deçà d’une réelle explicitation de l’amélioration des processus d’enseignement et d’apprentissage par l’introduction des TICE ; leur véritable fonction semble plutôt de justifier et de légitimer des « bonnes pratiques », au service d’une adaptation des apprenants aux besoins et aux outils modernes du marché de l’emploi. Pourtant, ce n’est qu’à la condition d’investir dans la compréhension des caractéristiques et des structures de l’information numérique et de ses outils que l’on pourra apprécier les conséquences profondes de l’environnement numérique sur les missions du système éducatif principalement concernées en tant qu’elles visent à promouvoir et faciliter les rapports des citoyens avec l’information, les savoirs et la connaissance.