Actualité

14/09/2017

Analyses du travail et intentions formatives

Le difficile équilibre entre le rôle des organismes de formation professionnelle et les apports formatifs des entreprises tient dans l’appréciation des éléments qui conditionnent le caractère formateur du travail. L’acquisition des savoirs professionnels et le développement des compétences ne peuvent se jouer totalement ni dans des structures externes au monde du travail ni dans les entreprises......


» Toutes les actualités

Nos partenaires


CNAM - Chaire de formation des adultes
UOC
Centre Infos GEHFA CIRFIP
ANACT AFPA CEREQ
Institut Jacotot
       

Parution n°158 - 2004-1 - Les acquis de l'expérience (1).

Il existe 10 articles pour cette sélection.
Titre
Auteur
Liste de mots dans le texte séparés par des espaces
Etendre les recherches à toutes les revues
Titre de l'article Auteur Commander la version papier Commander le téléchargement pdf
L’expérience est-elle formatrice ? Yves Schwartz Editer
La validation des acquis de l'expérience, épreuves de commensurabilité Philippe Astier Editer
La validation des acquis de l'expérience, une reconstruction de l'approche et des objets des parcours vers la qualification Anne-Marie Charraud Editer
Pour une éthique de l’évaluation Hugues Lenoir Editer
Du geste à la parole : vers une évaluation équitable de l’expérience professionnelle Olivier Liaroutzos Editer
L’analyse des activités de travail conduit ses praticiens à participer au débat sur l’évaluation de l’expérience professionnelle. Le rapprochement entre la posture de l’enquêteur et celle de l’évaluateur, par exemple, peut conduire à la formulation d’une question relative à la complémentarité des modalités d’évaluation : par quels moyens donner au candidat à la validation des acquis l’occasion de joindre le geste à la parole pour décrire son expérience professionnelle ? Comme en témoigne un dispositif sectoriel de reconnaissance des qualifications (dans l’industrie du textile), une seule modalité d’évaluation ne suffit pas à montrer la complexité du travail. Sur la base de ce constat, on peut formuler l’hypothèse selon laquelle il conviendrait de faire varier, dans la procédure d’évaluation, le poids du récit et celui de la démonstration selon le type de métier et selon la nature de l’activité, sachant que c’est la combinaison de ces deux genres qui permettra de révéler l’expérience professionnelle.
Comment évaluer les compétences à des fins de certification ? Marc Robichon, Ulrike Josenhans Editer
Une autre évaluation, une autre validation pour l’expérience Michel Feutrie Editer
Le doute, le concept et le collectif. Trois ressources pour le développement de l’activité d’un jury Bernard Prot Editer
La VAE, un nouveau tremplin pour la formation ? Bruno Cuvillier Editer
Entre intention et réalité, les obstacles à la validation des acquis Marie-Christine Presse Editer