Actualité

08/10/2020

Numérique et formation :quelles leçons tirer du confinement et de la distanciation ?

Journée de réflexion et de débats autour du n° 219 d'Education permanente. DATE A CONFIRMER EN FONCTION DE LA SITUATION SANITAIRE.


» Toutes les actualités

Nos partenaires


CNAM - Chaire de formation des adultes
Centre Infos GEHFA CIRFIP
ANACT AFPA CEREQ
ERASMUS EPALE
UOC
       

Parution n°156 - 2003-3 - Les " inemployables "

Il existe 16 articles pour cette sélection.
Titre
Auteur
Liste de mots dans le texte séparés par des espaces
Etendre les recherches à toutes les revues
Titre de l'article Auteur Commander le téléchargement pdf
Gestion individualisée des risques sociaux et crise des catégories instituées S. Ebersold Editer
Pauvreté et travail : une antinomie devenue contestable S. Dion-Loye Editer
Discrimination positive et principes de justice : l’exemple des politiques d’insertion S. Wuhl Editer
La notion de « discrimination positive » exprime l’idée d’une réorientation de certains domaines de l’action publique à l’occasion de l’approfondissement de la crise économique, au bénéfice de catégories sociales supposées les plus défavorisées. La thèse soutenue ici est qu’en l’état actuel de sa définition et des indéterminations qu’elle contient, cette notion ne peut jouer un rôle de véritable référence pour une orientation plus juste des politiques sociales. En revanche, les principes de justice élaborés par le philosophe américain John Rawls offrent une matrice à la fois rigoureuse, fondée et crédible, permettant de surmonter les ambiguïtés inhérentes à la notion de « discrimination positive ». L’auteur présente et analyse les grandes lignes de ces principes de justice, en dégageant les apports sur l’éclairage des décisions, la formulation des revendications ou l’évaluation des effets des politiques sociales. L’un des apports essentiels est que les principes de Rawls, tout en privilégiant le « juste » par rapport à l’« efficace », intègrent la contrainte économique et fixent des règles pour les relations entre les critères de justice sociale et ceux relatifs à l’efficacité économique. L’auteur procède ensuite à une application sur l’exemple des politiques d’insertion des chômeurs et des précaires, en montrant la pertinence d’une référence aux principes de justice de Rawls bien interprétés, pour l’organisation de débats locaux, entre décideurs, opérateurs et usagers de l’insertion, sur l’orientation et l’évaluation des politiques ou des pratiques d’insertion.
L’inaptitude au travail : une construction sociale ? T. Le Bianic Editer
« Peut-être qu’ils nous trouveront quelque chose... ». La représentation de soi comme « inemployable » B. Rist Editer
Effet d’étiquetage et jeux des institutions dans le parcours vers l’emploi de personnes en situation de handicap C. Bon Editer
« Handicapé, moi ? Oh non, quand même pas ! ». Les limites floues du handicap C. Mathey-Pierre, E. Waysand Editer
Les structures d’insertion : espaces de solidarité ou d’exploitation ? J.F. Draperi Editer
Les enjeux d’une approche situationnelle du handicap H.J. Stiker Editer
De la personne « handicapée » à la personne « en situation de handicap » : d’une exclusion à l’autre ? G. Lang Editer
Employabilité limitée et discrimination : les personnes handicapées à l’épreuve de l’insertion professionnelle A. Blanc Editer
L’accompagnement dans les pratiques sociales : entre progrès et dérives L. Barbe Editer
L'illettrisme : beaucoup de mots pour qui ? C. Benayer, N. Boudol Editer
Les professionnels de l’insertion face aux inemployables E. Dugué Editer
Notes de recherche sur les professionnels de l'insertion et le risque micropolitique F. Séchaud Editer
Des catégories sociales brouillées, des politiques d'intervention en crise (Bibliographie) M. Maillebouis Editer